DHpourtous

Portail des DH de TOUS par TOUS et pour TOUS

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 décembre 2008
Archive pour le 18 décembre, 2008


Journée Internationale des Migrants,quid des Congolais de la diaspora?

18 décembre, 2008
Journées dédiées | Pas de réponses »

Après avoir tenter succintement de faire le bilan des 60 ans de la DUDH en RDC le 10 décembre dernier, que puis-je dire en ce jour du 18 décembre réservée depuis 2002 par la communauté internationale aux migrants? Que dire donc des migrants congolais et des migrants au Congo/RDC? Je m’attèlerais juste à faire un exercice de questionnement dans ce premier article à propos de ce sujet!
L’ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS, « OIM » en sigle, est-t-elle présente en RDC et s’occupe-t-elle des migrants, tant des congolais à l’étranger que des étrangers en RDC? comment le fais-t-elle?
En ce qui concerne particulièrement la RDC, la première question qui me vient à l’esprit est celle de savoir quelle est la politique de la RDC en cette matière?
Un Vice-ministre aux Affaires Etrangères chargée des « CONGOLAIS DE L’ ETRANGER » depuis le premier gouvernement de la troisième république issue des premières élections dites démocratiques en RDC (ex. Zaïre),une bonne ou mauvaise chose?quelles sont ses attributions et quel peut-être son bilan en ce jour commémoratif?
La DIRECTION GENERALE DE MIGRATION, « DGM » en sigle, créee en 2001 (dépendant du Ministère de l’Intérieur qui est chargée en général de l’exécution de ladite politique de « migration » et aussi d’ « immigration », de quelle manière l’applique-t-elle?
Avec l’aide de la Suisse (sévère en matière d’immigration!!!), il vient d’être crée « LA MAISON DES CONGOLAIS DE L’ETRANGERS ET DES MIGRANTS », quel est son statut juridique et quel est son rôle? serait-il de conseiller, informer ou dissuader les candidats à l’immigration? résoudra-t-elle les causes qui sont à l’origine des départs ou veut-elle s’attaquer uniquement aux conséquences? L’environnement tant politique, économique que social au pays est-il de nature à décider, inciter les éventuels candidats au départ de rester ou plutôt à les conforter,convaincre, persauder dans leur décision de partir tenter l’aventure de la vie ailleurs?
Quelles sont les raisons de ce phénomène? qui sont les candidats au départ? quelles couches sociales sont-elles concernées? étudiants, intellectuels, d’ou quid de la fuite des cerveaux ou tout simplement aventuriers ou encore personnes responsables et réflechies ( aux abois) en quête d’un bien-être ou d’un mieux-être (individuel, collectif ou familial voire clanique) que son pays d’origine n’offre pas ou ne veut pas offrir?
Quel est le nombre en ce jour des Congolais de l’étranger, y a t-il des statistiques, une étude démographique? Raison d’ordre politique, économique, sociale ou le tout ensemble? Aventure ou question de vie ou de mort?
Quand commence ledit phénomène? La RDC peut-elle être considérée comme une terre d’acceuil pour les étrangers?
Par le Bas-Congo une inième vague d’expulsion des Congolais de l’Angola voisin nous emmène à vouloir connaître le sort des Angolais venus en RDC au moment de la guerre d’indépendance dans leurs pays?
Vers quelle pays les Congolais en général immigrent-ils?
L’eldorado européen en est-il vraiment un pour le Congolais qui est parvenu à y arriver et à y rester sans être expulser ou refouler? Angola,Congo/Brazaville, Nigéria, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Canada, Etats-Unis d’Amérique, Norvège, Chine (Guandzu) nouveaux eldorado pour les Congolais? Ne sont-ils pas dans pratiquement à ce jour dans quasiment tous les pays du monde, un peu au grès des vagues ou plutôt chez les économiquement fort ou encore à la recherche de la terre de l’égalité, la fraternité, la liberté ou tout simplement de la démocratie?
Les Congolais ainsi partis, de quelque manière que ce soit, ayant acquis la nationalité des pays d’acceuil (ceux qui ne l’ont pas acquise) ou ayant ratés leurs tentative d’intégration, éxilés politiques ou autres,réfugiés, demandeurs d’asile, (assylum seeker),bénéficiaires de la protection subsidiaire et autres statuts similaires, résidents légaux ou illégaux, étrangers d’origine congolaise, sont-ils prêt à revenir volontairement ou non au pays pour y investir et y contribuer à son développement et à sa reconstruction ou encore pour y tenter un deuxième départ après l’expérience malheureuse vécue à l’extérieur? quid donc aussi de la double nationalité qui n’est pas reconnue par la constitution de la RDC? Il est aussi permis de manière légitime, de poser la question de l’apport tant financier,materiel que moral de ces enfants du pays qui ont décidés d’aller vivre en dehors des frontières de la terre de leurs ancêtres?
Voici reprises pêle-mêle quelque question,interrogation sur ce phénomène, cette réalité qui fait partie intégrante du vécu congolais.
Je souhaiterais dans un second article et cela avec l’aide de vous tous mes lecteurs de répondre à ces préocupations qui sont,je suis convaincus pas seulement mienne mais sans nul doute nôtre.
Donc à très bientôt.

Me Delphin Moloni

réflexion nicaus 1980 |
Douceur Intemporelle |
Testimonium |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mesarticlesavendre
| CAP 2002 Français, Histoire...
| petit prince